Les 14 et 15 mai, durant sa visite en Pologne septentrionale, le P. Général a rencontré des laïques proches de la Compagnie de Jésus.

D’abord à Łódź le 14, le Père Sosa a passé un bon moment avec quelques 500 laïques de la paroisse du Saint Nom de Jésus. Tous font les Exercices Spirituels, de diverses manières. Le P. Remigiusz Reclaw, supérieur et curé de la paroisse, soulignait en entrevue que beaucoup de ces gens viennent à la spiritualité ignatienne à partir d’autres expériences comme celle du Renouveau charismatique ou du Nouveau catéchuménat. On leur apprend surtout le discernement, l’écoute de Dieu dans leur vie et leur engagement. Ils sont aussi appelés à renforcer leur foi, ensemble, pour pouvoir avoir une influence positive sur l’ensemble de leur milieu.

Le P. Reclaw insiste aussi sur une orientation nouvelle pour ceux qu’on appelle les « collaborateurs » : il leur fait saisir qu’ils sont des collaborateurs de Dieu plutôt que des collaborateurs des jésuites. Et il insiste pour que tout se fasse dans un esprit de collaboration entre les divers groupes de la paroisse en vue d’un meilleur service.

Dans la soirée du 15 mai, le Père Général a rencontré à Varsovie les représentants des communautés et mouvements ecclésiaux qui existent dans les centres dirigés par les jésuites de la Pologne du Nord. Il y avait là plus de 150 personnes. Parmi elles, des membres de la CVX auxquels il a adressé un message spécifique. Il les a encouragés à grandir comme mouvement de laïcs catholiques, mûrs dans leur foi, leur expérience spirituelle, leur réflexion intellectuelle et leur pratique chrétienne du service aux autres.

Dans son discours aux laïcs, le P. Général a parlé de la collaboration dans l’Église. Il a souligné que, dans la mission de l’Église, il n’y a pas « de premiers rôles et de rôles de soutien ». Dans le contexte des défis modernes, tels que la sécularisation croissante, les divisions persistantes entre les humains et l’urgence environnementale, tous les chrétiens doivent se sentir appelés à agir, à discerner et à annoncer l’Évangile. Donc, personne ne peut dire qu’il a des collaborateurs, parce que nous devons tous être des collaborateurs. Le P. Sosa a mis en garde à plusieurs reprises les fidèles contre le cléricalisme, qui est un effet non seulement de la « culture d'entreprise » du clergé, mais qui a aussi ses racines dans la mentalité des membres de l’Église.

Le Père Général a également répondu à quelques questions des participants. L’une de ces questions concernait la crise des abus sexuels dans l’Église, qui s’est également aggravée dernièrement en Pologne. Le père Sosa a exhorté son auditoire à considérer cette crise comme un défi et une occasion de changer et de purifier l’Église et non comme une motivation instinctive d’auto-défense. Le scandale exige en effet une pénitence et une demande de pardon pour pouvoir faire l’expérience de la miséricorde de Dieu. Il a réitéré que le scandale des abus ne concerne pas seulement l’Église, pas seulement les mineurs et pas seulement les questions sexuelles. Dans la situation de crise, nous devons porter cette croix et souffrir avec l’Église pour pouvoir la purifier et la renouveler avec détermination.

Étiquettes: Père Général Pologne