Les deux journées du P. Général au Guatemala

C’était la 4e étape de la tournée du Père Général dans la Province d’Amérique centrale. Le dimanche 27, après un moment dans une église jésuite très fréquentée à cause de la dévotion des Guatémaltèques au Christ de la Miséricorde et à saint Jude, le P. Sosa est allé au Colegio Javier pour rencontrer la quarantaine de jésuites œuvrant au Guatemala. Son message, à cette occasion, peut se résumer ainsi : « [se sentir et agir] comme un seul corps, intégré dans la diversité de ses membres, de ses tâches et de ses charismes, qui a comme tête le Seigneur », un corps qui soit « à l’écoute continuelle de sa Parole et en discernement en commun des signes des temps ».

Le lendemain, les 12 œuvres de la Compagnie au Guatemala ont eu l’occasion de présenter leurs engagements. La plupart de ces œuvres sont liées à l’éducation, mais aussi à la pastorale dans les paroisses et les églises de la Compagnie. Le rayonnement de toutes ces institutions dans le pays est immense ; elles sont toutes orientées vers la proclamation de la foi qui cherche la justice et la réconciliation dans une société profondément fragmentée par diverses formes d’exclusion, par le racisme, la violence contre les femmes, la corruption et l’impunité.

Le Père Général, dans son allocution, a encouragé toutes les personnes présentes à « continuer à travailler avec détermination au service du Royaume en mettant l’accent sur la formation humaine et sur une éducation qui permette aux citoyens de s’engager au service du bien commun, rendant possible l’émergence d’une vocation au service public, où l’action politique est perçue comme une contribution à l’ordre social qui permet le bien commun ».

 

Dans l’homélie de l’Eucharistie, il a souligné la nécessité d’articuler « la profondeur intellectuelle, dans l’analyse, la réflexion et l’étude de la réalité sociale », avec « le discernement spirituel pour découvrir où agit le bon Esprit », c'est-à-dire celui qui, comme Jésus, guérit, protège et construit la vie humaine.

Une dernière étape du séjour en terre guatémaltèque fut la visite du projet éducatif Puente Belice. Il s’agit d’une expérience formatrice particulière pour les jeunes venant de quartiers extrêmement vulnérables de la ville, un projet grâce auquel ils ont la possibilité de combiner études et travail.

Album photo Flickr