Le collège St. Xavier, au centre-ville de Katmandou, au Népal, offre l’éducation jésuite depuis plus de 65 ans dans un contexte interculturel et interreligieux. Le Père Général s’est adressé aux jeunes, au personnel et aux jésuites de l’institution le jeudi, 27 février. Au cœur de son message, les quatre piliers de la proposition éducative jésuite.

C’est ma première visite au Népal et je suis très heureux de vous rencontrer.

Chaque fois que les parents et les grands-parents parlent de leur jeunesse, ils mentionnent combien leurs années passées à l’école les ont formés et ont jeté les bases de leur vie future. Les élèves d’aujourd'hui sont très doués pour la technologie. De nombreux parents et enseignants s’inquiètent aujourd’hui du fait que les élèves sont trop distraits par leur téléphone cellulaire et les médias sociaux. La technologie moderne n’est pas seulement moralement neutre, mais elle peut être très utile et bénéfique, si elle est bien utilisée et avec modération. C’est un défi constant que d’éduquer nos élèves dans ce sens. Et vous, les élèves, je vous invite à utiliser les gadgets et les médias sociaux de manière intelligente et judicieuse, pour votre croissance et non pour votre détérioration.

La Compagnie de Jésus, et les jésuites comme on nous appelle communément, veulent, à travers leurs institutions éducatives, former des hommes et des femmes avec les autres et pour les autres. Notre but en tant qu’éducateurs est de former des hommes et des femmes compétents, conscients, compatissants et engagés (« committed » en anglais). Ces quatre C, formulés par l’un de mes prédécesseurs, le père Kolvenbach, ont inspiré le renouveau de l’éducation jésuite au cours des deux dernières décennies.

En réalité, ces quatre C sont les piliers et l’arrière-plan de l’éducation jésuite.

Pour devenir et être ce genre d’hommes et de femmes, nous devons être connectés et en contact avec les luttes des pauvres et des personnes défavorisées. Il y a ceux qui souffrent de la violence domestique et de l’exploitation, les mères célibataires, les enfants des familles défavorisées, les personnes victimes de la traite, les migrants, les réfugiés et les jeunes à risque, pour ne citer que quelques exemples. Pensez aussi aux dommages incalculables causés à notre Maison commune, la terre. Vous connaissez le triste état de la rivière la plus sacrée du Népal, la Bagmati. Donc, d’une part marcher avec les pauvres, les exclus du monde, ceux dont la dignité a été violée, et le faire dans une mission de réconciliation et de justice et, d’autre part, collaborer aux soins de notre Maison commune, voilà deux des quatre Préférences Apostoliques Universelles de la Compagnie de Jésus pour les dix prochaines années.

Je suis heureux de savoir que votre école dispose d’un programme de bourses pour les enfants défavorisés et que les élèves et le personnel se montrent à la hauteur pour aider les pauvres et les exclus. Vous participez à plusieurs projets louables. Par exemple, l’école est une zone sans plastique, vous avez un Eco-Club, les élèves et le personnel participent à des campagnes de plantation d’arbres et aux opérations de nettoyage. Oui, marcher avec les pauvres, les exclus du monde et collaborer aux soins de notre Maison commune sont des besoins importants et urgents aujourd’hui. Nous sommes invités à nous impliquer, et à nous impliquer passionnément, dans ces initiatives afin que le Règne de Dieu devienne de plus en plus une réalité visible. Les jésuites ne peuvent pas y parvenir seuls. Nous avons besoin de votre aide, de votre coopération et de votre soutien. Ensemble, nous pouvons faire beaucoup. Nous, les jésuites, comptons donc vivement sur cette coopération et cette collaboration.

Étiquettes: Père Général JCSA