Séoul - 17 juillet 2019

Je suis très heureux d’être parmi vous aujourd’hui, parce que, comme vous le savez, l’une des Préférences apostoliques universelles de la Compagnie de Jésus aujourd’hui est précisément « d’accompagner les jeunes dans la création d’un avenir porteur d’espérance ».

Non seulement vous êtes des jeunes, mais vous êtes des jeunes qui ont la capacité d’accompagner d’autres jeunes, non seulement d’être avec eux, mais d’être de puissants messagers d’espérance.

Mon prédécesseur, le père Adolfo Nicolás, a écrit en 2011 que les jeunes « savent qu’ils ne resteront pas jeunes pour toujours. C’est pourquoi ils semblent pressés de tirer le meilleur parti de leur jeunesse. Nous devons comprendre cela et coopérer avec eux dans cette aventure. Il est important que nous contribuions à une période très importante de possibilités et de créativité. » Il s’agit vraiment d’une période charnière de la vie, où de nombreuses décisions importantes sont prises - en ce qui concerne la carrière, les valeurs, les relations. C’est pourquoi il est important d’être avec les jeunes - « pour qu’ils n’échangent pas leur enthousiasme pour le cynisme mais mettent tout ce qu’ils ont au service de buts et de rêves à la mesure de leur vie et de leur cœur ».

Le danger du cynisme est réel, dans un monde de violence, de dépendance et de solitude, de destruction de l’environnement, de préjugés, de fondamentalisme, de laïcité et d’individualisme. En novembre 2018, le pape François a dit :

« Beaucoup de jeunes, croyants ou non croyants, au terme d’une période d’études, manifestent le désir d’aider les autres, de faire quelque chose pour ceux qui souffrent. Telle est la force des jeunes, votre force à tous, qui peut changer le monde ; voilà la révolution qui peut vaincre les grandes puissances de ce monde : la ‘révolution’ du service. »

Dans cette révolution, le Saint-Père invite tous les jeunes à prendre courage, à entrer en dialogue avec Dieu et à lui permettre de répondre. « Alors, dit-il, vous verrez comment votre vie se transforme et se remplit de joie. »

Je vous demande votre aide pour que nous puissions travailler ensemble pour toutes les Préférences apostoliques universelles. Nous avons besoin d’ouvrir encore plus nos cœurs à la prière. Nous devons apprendre à marcher avec ceux qui ont été exclus dans le monde d’aujourd’hui, à être avec ceux qui ont été marginalisés et à les écouter. Nous devons trouver des moyens de protéger et de renouveler notre maison commune, la Terre.

Nous, jésuites, nous savons que nous ne pouvons pas le faire seuls, et que nous, vous et nous réunis, nous avons besoin d’entrer en discernement en commun, d’écouter à nouveau l’Esprit, et de travailler ensemble pour une transformation réelle et durable. Relevons le défi de sortir de ces lieux de sécurité et de sûreté - nos maisons, nos cercles d’amis, nos plans préétablis, ces innombrables applications de nos téléphones intelligents qui facilitent les choses, mais aussi qui organisent beaucoup nos vies.

Je vous remercie encore une fois de m’avoir donné l’occasion d’être parmi vous. Je prie spécialement pour vous, pour que vous ayez la force d’oser à nouveau, et d’espérer, non pas pour nous, mais pour le monde.