Le 6 décembre 2018

Mon premier mot, pour vous tous, est « Merci ». Je tiens à exprimer mes remerciements personnels, mais aussi la gratitude de toute la Compagnie de Jésus et en particulier des jésuites du Vietnam. Merci beaucoup pour votre générosité, le partage de votre temps, vos talents et votre trésor. Sans vous, les jésuites ne peuvent pas accomplir la mission que Dieu et l'Église nous ont confiée.

Mais je veux insister sur le fait que cette mission n'est pas une mission qui appartient à la Compagnie de Jésus. Le Seigneur nous appelle tous à la même mission, même si nous avons des façons différentes de l'accomplir. C'est pourquoi la Compagnie de Jésus veut aujourd'hui mettre l'accent sur la « collaboration ». Permettez-moi d’insister sur trois points concernant la collaboration.

Tout d'abord, nous sommes tous des collaborateurs : jésuites et laïcs partenaires. Il y a quelques années, lors d'une réunion au Pérou, il y avait des cartes d'identité pour les participants. Sur certaines on lisait « jésuite », sur d'autres « collaborateur ». J'ai plaisanté et j'ai demandé : « Les jésuites ne sont-ils pas aussi des collaborateurs ? » Ce n'était qu'une demi-blague. Comme vous le savez, parfois les jésuites ne savent pas comment travailler avec les autres ! Mais le fait est que : les jésuites n'ont pas de collaborateurs. Vous n'êtes pas nos collaborateurs. Nous sommes tous des collaborateurs, jésuites et laïcs, appelés à servir ensemble la mission de Dieu.

Deuxièmement, la collaboration est nécessaire parce que l'Église est le Peuple de Dieu et le Corps du Christ.  La collaboration n'est pas quelque chose qui nous intéresse, nous les jésuites, simplement parce que le nombre de jésuites diminue. Si c'était le cas, nous n'aurions peut-être pas besoin de mettre l'accent sur la collaboration au Vietnam, où il y a tant de jésuites ! Non, nous encourageons la collaboration, non pas à cause de notre besoin, mais à cause de l'appel de Dieu. Chacun et chacune d'entre nous, ici présent, a été appelé par Dieu à participer à la mission de Dieu qui consiste à apporter au monde vie nouvelle, joie et espérance.

C'est ce qui est au cœur de l'enseignement de Vatican II, qui insiste pour que tous les membres de l'Église forment le peuple de Dieu, égaux en dignité et partageant la même vocation et mission. Nous avons différentes manières d'accomplir cette mission, c'est pourquoi certains des baptisés sont laïcs, certains sont prêtres, d'autres sont religieux. Mais ce que nous avons en commun est plus important que nos différences. C'est cet appel de Dieu qui fait de nous des collaborateurs les uns des autres.

Nous avons besoin de redécouvrir la belle image de saint Paul de l'Église comme Corps du Christ. Par le baptême, nous faisons tous partie d'un seul corps. Nous sommes des parties différentes, et nous jouons des rôles différents. L'œil n'est pas la main, le pied n'est pas l'oreille. Mais nous avons besoin de toutes les parties, travaillant ensemble, collaborant ensemble, pour que, dans ce monde, l'Église puisse agir comme le Corps du Christ, le Corps tout entier donnant à ce monde brisé, souffrant, perdu, le soin affectueux du Bon Pasteur.

Troisièmement, pour que la collaboration fonctionne efficacement, nous avons tous besoin de formation, en particulier dans la spiritualité et le discernement ignatiens. Collaborer ne signifie pas simplement travailler ensemble, mais partager le même esprit. Nous ne pouvons pas vraiment collaborer les uns avec les autres si nous ne sommes pas unis par notre relation personnelle au Christ et notre désir de le suivre et de faire la volonté de Dieu. Il y a beaucoup de bons catholiques et de chrétiens qui ont la religiosité, mais pas la spiritualité ! Ils vont à la messe, récitent le chapelet et leurs prières, ont des dévotions à Marie et aux saints, servent dans l'Église – mais ils n'ont pas de relation profonde et personnelle avec le Dieu vivant, avec le Seigneur ressuscité !

La spiritualité ignatienne nous aide à rencontrer et à expérimenter le Dieu d'amour, à connaître personnellement Jésus, à l'aimer plus profondément et à vouloir le suivre de plus près. Elle nous enseigne comment pratiquer le discernement, ce qui signifie chercher la volonté de Dieu dans nos vies et dans notre monde. Il s'agit d'apprendre à discerner ensemble, pas seulement pour avoir des rencontres d'affaires, mais pour prier ensemble, pour partager, pour écouter l'Esprit qui se meut en chacun d'entre nous. Si nous sommes formés ensemble dans la spiritualité ignatienne, alors nous ne serons pas seulement en train de travailler ensemble, nous serons vraiment partenaires dans la mission de Dieu ensemble.

J'espère que dans les différents ministères de la Province du Vietnam, il y aura toujours une formation permanente pour les jésuites et les laïcs qui travaillent ensemble. J'espère que dans les conseils paroissiaux, dans les groupes de pastorale étudiante, dans les groupes de pastorale sociale, il y aura plus de temps pour prier ensemble, pour la conversation spirituelle, pour le discernement en commun, pour rechercher ensemble la volonté de Dieu.

Permettez-moi de terminer en soulignant que si nous vivons et pratiquons bien la collaboration, nous rendons un témoignage important de l'Évangile dans notre monde divisé. Si les jésuites ne peuvent pas travailler ensemble, si nous sommes en compétition les uns avec les autres ou si nous traitons notre travail comme notre royaume privé, nous ne pouvons pas inspirer les autres à collaborer. Si nous sommes coupables de ce que le Pape François appelle cléricalisme, si nous soulignons notre autorité sur les autres, si nous ne savons pas écouter ou servir avec les laïcs, nous créons le scandale et décourageons les autres. La collaboration n'est pas toujours facile, parce que nous sommes différents et parce que nous sommes tous pécheurs.  Mais, si nous tous, laïcs et jésuites, pouvons travailler et servir ensemble, dans le même esprit, avec attention et soutien les uns pour les autres, en étant patients et en nous pardonnant les uns les autres, cela est en soi un témoignage de la puissance de l'Évangile. Dans un monde de haine et de divisions, nous pouvons montrer que l'Évangile nous donne le pouvoir de devenir une humanité nouvelle.

Encore une fois, merci beaucoup pour votre amitié et votre généreux partenariat au service de la mission de Dieu. Continuons à servir ensemble la mission de Dieu, comme Peuple de Dieu et Corps du Christ, en partageant le même esprit et en témoignant de la beauté et de la puissance de l'Évangile du Christ.

(original: anglais)

Étiquettes: Père Général