Cette œuvre de la Descente de la croix illustre trois Supérieurs généraux des jésuites qui ont porté leurs responsabilités à des moments difficiles de l’histoire de la Compagnie de Jésus : en haut, le P. Guiseppe Pignatelli, au centre le P. Jan Roothaan, en bas le P. Pedro Arrupe.
Introduction de la cause de béatification
Dans une lettre adressée à toute la Compagnie de Jésus, le P. Arturo Sosa a annoncé qu’était lancé le processus menant à la possible béatification du P. Pedro Arrupe, 28e Supérieur Général de la Compagnie, en poste de 1965 à 1983. Au cours des derniers mois, le P. Sosa avait partagé l’intention de la Compagnie de faire avancer ce dossier. Les nombreuses réactions qu’il a entendues et reçues l’ont confirmé dans son projet.
De toutes part les témoignages manifestent les qualités exceptionnelles du P. Arrupe : son désir de réaliser en tout la volonté du Père, son enracinement en Jésus Christ, sa confiance en l’Esprit Saint comme guide de l’Église, sa loyauté à toute épreuve envers le Saint Père, son esprit missionnaire, sa fidélité à notre « mode de procéder », sa sensibilité face aux drames sociaux, son amour et sa proximité des pauvres.
Dans sa lettre, le P. Général souligne combien, par la prière insistante dans laquelle le P. Arrupe demandait à Dieu de comprendre la signification pour aujourd’hui des intuitions ignatiennes, la vie du jésuite a été rénovée dans ses différentes dimensions. Grâce à lui, la Compagnie, l’Église et la société ont pu et peuvent encore se nourrir de toute la richesse ignatienne adaptée au temps présent.
Tant de caractéristiques de l’ancien Général ont été et demeurent significatives. Il a stimulé l’inculturation dans l’action missionnaire, il a répondu à l’appel des réfugiés, il a conduit la Compagnie à s’engager au service de la foi contre toute injustice et contre l’incroyance, il a promu le dialogue interreligieux, il a invité les élèves des jésuites, partout dans le monde, à être « des hommes et des femmes pour les autres ».
Le P. Sosa souligne bien que le processus vers la béatification du P. Arrupe n’en est qu’à son début, avec les démarches entreprises au diocèse de Rome, lieu de son décès. De fait, c’est à la basilique du Latran, le 5 février prochain, qu’aura lieu la session d’ouverture de la béatification. On recueillera ensuite des témoignages de plus de cent témoins et on analysera les documents pertinents pour la cause.
En conclusion, le Supérieur général se dit assuré que nous entrons dans un temps de grâce qui suscitera parmi les jésuites et ceux et celles qui sont proches de nous une rénovation spirituelle fructueuse, animée par l’Esprit Saint.
Un nouveau site web sur le P. Arrupe vient d’être construit ; consultez-le sur arrupe.jesuitgeneral.org/en – la version française sera disponible sous peu. disponibile.

 

Cause de béatification
du Père Pedro Arrupe

À TOUTE LA COMPAGNIE

Chers frères,

            J’ai la joie d’annoncer à l’ensemble du corps religieux apostolique de la Compagnie de Jésus l’ouverture officielle de la procédure menant à une possible béatification du Père Pedro Arrupe, 28ème Supérieur Général de la Compagnie de Jésus. Le Père Arrupe est donc dès à présent considéré comme « Serviteur de Dieu ». La cause a été introduite au Vicariat de Rome, lieu de sa mort. Après un temps de prière et de réflexion attentive, la Compagnie a demandé que commence le discernement ecclésial sur l’héroïcité de ses vertus.

            Ces derniers mois, lorsque j’ai partagé cette intention dans les divers lieux où je me suis rendu, j’ai pu vérifier personnellement combien le souvenir et l’héritage du Père Arrupe demeurent vivants. Venues du monde entier, d’éloquentes lettres de postulation, parfois véritablement émouvantes, confirment la présence de ce désir dans divers secteurs de l’Église où est reconnue la réputation de sainteté du Père Arrupe : une réputation spontanée, stable et continue.

            Un peu partout, des jésuites et des non jésuites ont été témoins des qualités exceptionnelles du Père Arrupe : son désir de réaliser en tout la volonté du Père, son enracinement en Jésus Christ, sa confiance en l’Esprit Saint comme guide de l’Église, sa loyauté à toute épreuve envers le Saint Père, « Vicaire du Christ sur la terre », son esprit missionnaire, sa fidélité personnelle à notre mode de procéder, sa sensibilité face aux drames sociaux, son amour et sa proximité des pauvres. Le Père Arrupe apparaît de manière éminente comme un « homme passionné de Dieu et de l’Église ».

            Si, en ce 111ème anniversaire de la naissance du Père Arrupe, nous regardons vers le passé, nous pouvons reconnaître sa grande contribution à la Compagnie et à la spiritualité ignatienne : comment il a aidé à redécouvrir les Exercices Spirituels et d’autres textes essentiels de Saint Ignace ainsi que la démarche de discernement personnel et communautaire. Nous nous rappelons qu’il demandait à la Trinité – en qui le charisme ignatien trouve son inspiration – de « comprendre la signification aujourd’hui, pour moi et pour la Compagnie, de ce qui a été autrefois manifesté à Ignace ». C’est ainsi que la vie du jésuite a été rénovée dans ses différentes dimensions, la consécration, les vœux, la communauté et la mission. De manière générale, le Père Arrupe a agi en sorte que la Compagnie, l’Église et la société puissent se nourrir de toute la richesse ignatienne adaptée au temps présent.

            Une expérience semblable a été aussi vécue avec les consacrés, les prêtres et les laïcs, avec lesquels le Père Arrupe était en rapport permanent. Sa forme de présence, enthousiaste, libre, sage et fidèle au sein de l’Église conciliaire, illuminée par l’Esprit, manifestait le désir d’intégrer les meilleures valeurs de la tradition aux changements nécessaires pour adapter le christianisme aux temps nouveaux.  Le Serviteur de Dieu a été élu Supérieur Général en 1965 et il a donc pu participer encore à la dernière session du Concile Œcuménique Vatican II. Ses 18 ans à la tête de la Compagnie – et ses 17 ans à la présidence de l’Union des Supérieurs Généraux – ont coïncidé avec la mise en œuvre du Concile. Dans les années qui ont suivi Vatican II, il a contribué avec une « fidélité créatrice » à son application, au point d’être qualifié par le Père Peter-Hans Kolvenbach, en 2007, de « prophète de la rénovation conciliaire ». De même, en 2011, le Père Adolfo Nicolás, en se référant à la même époque, rappela l’insistance du Père Arrupe sur le fait que « l’Esprit de Saint Ignace nous guide et nous dirige en ce moment tellement important de la vie de l’Église », une Église qu’il a toujours voulu servir inconditionnellement.

            Porté par une vision universelle et convaincu de la richesse de la diversité culturelle, le Père Arrupe a stimulé l’inculturation dans son action missionnaire de transmission de la Bonne Nouvelle, il a répondu à l’appel des réfugiés, il a conduit la Compagnie à s’engager, au service de la foi, contre toute injustice et contre l’incroyance, il a invité nos élèves à être « des hommes et des femmes pour les autres », il a promu la réconciliation, l’œcuménisme et le dialogue interreligieux… En même temps, attentif au plus particulier, il traitait chaque personne avec grand respect, l’écoutant et lui faisant confiance comme on fait confiance à quelqu’un qui apporte des dons particuliers de l’Esprit pour l’ensemble du corps. Cette attitude était une autre expression de sa confiance dans le Seigneur, une confiance confortée, jour après jour, par la pauvreté et la simplicité de sa vie quotidienne. Jusqu’à la fin, il a rayonné une grande bonté, et cela avec une profondeur encore plus grande lorsque, à cause de sa maladie, il a su qu’il était totalement dans les mains de Dieu. 

            Nous sommes au début du processus de la cause de béatification. Une fois reçu le nihil obstat du Saint Siège et l’accord des évêques de la conférence épiscopale italienne les plus proches de Rome, et après avoir constaté l’absence d’obstacles de la part du peuple de Dieu, le 5 février 2019, lors du 28e anniversaire de sa mort, aura lieu dans la basilique Saint Jean de Latran la session d’ouverture de la cause de béatification. Ensuite, les différents responsables du processus diocésain commenceront à travailler, recevant la déposition de plus de cent témoins provenant principalement d’Espagne, du Japon et d’Italie. Par ailleurs, ces derniers mois, deux commissions ont déjà commencé leurs travaux. Il s’agit des commissions chargées de réviser respectivement tous les écrits publiés du Père Arrupe et de nombreux autres documents non publiés, qu’il s’agisse d’écrits du Père Arrupe lui-même ou de documents à son propos ou à propos du contexte ecclésial dans lequel il a vécu.

            Un signe de ce que son souvenir, la dévotion à son égard et son influence demeurent bien vivantes parmi les nôtres est le nombre de communautés, de maisons, d’œuvres apostoliques et d’autres lieux ou activités qui portent son nom. La Postulation Générale de la Compagnie à Rome (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) rassemblera toutes ces données, ainsi que tout élément que vous souhaiteriez lui communiquer à propos de la diffusion de la vie du Père Arrupe, de sa réputation de sainteté, et des grâces et faveurs reçues par son intercession. Toute autre information utile sur sa vie, sur sa mort ou sur le temps postérieur à sa mort sera également la bienvenue. Un nouveau site web sur le Père Arrupe vient d’être construit, et on pourra le consulter sur https://arrupe.jesuitgeneral.org/fr.

            Je suis convaincu que la personne du Père Pedro Arrupe, en ce temps de grâce qui commence et qui continuera jusqu’à sa béatification souhaitée, suscitera parmi les jésuites et ceux et celles avec qui nous travaillons dans la mission un plus grand désir d’union et de rénovation spirituelle, qui nous pousse à collaborer à la réconciliation de toutes choses en Christ, en nous conduisant, « sous le Pontife Romain », là où l’Esprit nous entraîne.

            Que Notre Dame de la Strada continue à nous accompagner sur ce chemin de prière et de discernement, pour que, par sa main, nous soyons près du Seigneur Jésus et que nous devenions toujours davantage ses disciples.

Rome, 14 novembre 2018 Fête de Saint Joseph Pignatelli       (original : espagnol)

Étiquettes: