Dans l’est du Népal, à Maheshpur dans le district de Jhapa, le Père Général a concélébré à la messe dominicale du 29 février. Avec l’aide d’un interprète, il s’est adressé aux paroissiens en leur confirmant l’engagement de la Compagnie de Jésus à leur côté en vue de l’établissement de meilleures conditions de vie à tous points de vue.

Je vous suis reconnaissant, chers confrères jésuites, paroissiens, religieuses et collaborateurs, pour votre esprit indomptable et le travail acharné que vous accomplissez dans le district de Jhapa. Vous vivez dans un contexte multiculturel où vous vous heurtez constamment à des langues, des croyances et des cultures différentes. Il s’agit en effet d’une situation exigeante. Certains de vos ancêtres sont venus d’Inde pour travailler dans les plantations de thé de la région. Certains d’entre vous sont des citoyens népalais de plein droit. Je suis conscient qu’il fut un temps où vous ne pouviez même pas pratiquer et professer librement votre religion. Jusqu’à l’arrivée des jésuites à la fin des années 1990, les prêtres n’étaient pas disponibles pour l’Eucharistie et les autres sacrements. Vous aviez l’habitude de marcher des kilomètres pour assister à l’Eucharistie en Inde. Pourtant, vous avez persévéré dans la foi. J’admire et je me félicite de votre foi en Jésus Christ.

À la fin des années 1990, la Compagnie de Jésus du Népal s’est étendue à Jhapa dans le but d’éduquer les enfants catholiques et de dispenser un ministère spirituel aux fidèles. En 20 ans, la mission s’est étendue pour inclure quatre écoles, une paroisse, une quasi-paroisse et six chapelles. Chaque année, à Pâques, de nouvelles familles choisissent de se faire baptiser. Il y a de grandes perspectives d’évangélisation. Le fait que de plus en plus de familles soient attirées par l’Église est un signe que vous vivez une vie chrétienne bonne et édifiante. Je tiens à remercier les catéchistes pour leur esprit évangélique. Votre paroisse est l’un des pépinières prometteuses de vocations à la vie religieuse. Priez pour les vocations religieuses. J’encourage les jeunes, ici présents, garçons et filles, à réfléchir à la vocation religieuse.

Je suis conscient que les conditions de vie des gens sont très difficiles. L’éducation est l’un des moyens de les rendre autonomes. Elle élargit nos perspectives et ouvre les horizons. Il est important de se rappeler que l’éducation change la donne. Elle peut contribuer à améliorer les possibilités d’emploi et, en fin de compte, le niveau de vie. C’est pourquoi j’encourage les parents à éduquer leurs enfants. Motiver les jeunes à bien étudier. Cependant, l’éducation visant à développer la tête seule ne suffit pas ; nous devons aussi éduquer notre cœur. L’éducation jésuite vise un développement intégral.

Aujourd’hui, le monde change rapidement ; beaucoup de bonnes choses se produisent mais en même temps il y a des problèmes qui créent des divisions basées sur la religion et la culture. La vocation chrétienne et la mission des jésuites consistent à promouvoir la réconciliation, la justice et la paix, contribuant ainsi à la construction de communautés humaines.

Il est important de se rappeler que tout ce que nous faisons est l’œuvre de Dieu et que nous sommes de simples collaborateurs de son œuvre. L’œuvre de Dieu n’appartient pas exclusivement à une congrégation religieuse ou à une personne en particulier. Par conséquent, nous devons collaborer avec toutes les personnes de bonne volonté qui sont engagées et désireuses de construire un monde plus humain et plus juste.

Étiquettes: Père Général JCSA