Il s’agit de la première Eucharistie que je célèbre en Corée du Sud, et je suis très heureux d’être ici avec vous à remercier le Seigneur pour le don de la vocation, qui nous donne l’occasion d’offrir nos services à son peuple. Aujourd’hui est un jour encore plus particulier, car nous serons témoins que nos frères Tong-uk, Paek-seop, Sang-eun, Dae-je, vont prononcer leurs vœux perpétuels dans cette petite Compagnie de Jésus.

La première lecture est tirée du premier chapitre du livre de l’Exode. Elle nous présente la situation dans laquelle se trouve le peuple d’Israël. Un nouveau roi est arrivé au pouvoir en Egypte, et la manière dont les Israélites se renforcent lui fait tellement peur qu’il les opprime, les asservit, les soumet à la cruauté et commence même à faire tuer les garçons qui leur sont nés afin qu’ils ne puissent pas se multiplier. C’est à partir de cette situation d’oppression et d’esclavage que le livre de l’Exode se déroule tout entier comme une histoire de libération, comme l’œuvre de Dieu qui voit la souffrance d’Israël et leur redonne leur dignité, leur liberté.

Je me rends compte que cette histoire ne concerne pas seulement Israël : c’est vraiment l’histoire de chaque être humain, de chaque chrétien, de chaque jésuite. Elle raconte comment notre liberté est progressivement et très subtilement perdue parce que nous permettons que notre vie soit dominée par des désirs égocentriques, et nous devenons esclaves. C’est l’histoire de la façon dont Dieu veut venir nous libérer et nous redonner le vrai sens de l’être humain, un être qui est créé à l’image et à la ressemblance d’un Dieu dont la nature est de donner à l’autre, de s’offrir pour un service, d’aimer sans condition.

Depuis qu’Adam et Eve mangèrent du fruit dans le jardin d’Eden, l’humanité est tombée maintes et maintes fois dans le péché, dans le mal, dans l’orgueil, dans les désirs égoïstes, dans les attaches mondaines. Et, toujours, Dieu intervient - non en nous forçant, mais en nous invitant toujours à choisir d’accepter la liberté qu’il offre et donc de rejeter les esclavages de ce monde.

C’est bien ce que Dae-je, Paek-seop, Tong-uk, and Sang-eun vont faire aujourd’hui. Ils viendront à l’autel, face au Saint Sacrement, et en présence de nous tous, ils exprimeront librement qu’ils acceptent les dons que le Seigneur leur propose.

Tout d’abord, ils accepteront le don de la pauvreté. Cela ne signifie pas de vivre dans la misère extrême ou bien de ne pas manger ni de boire quoi que ce soit. Cela signifie plutôt de continuer à vivre dans ce monde en usant de ses biens, de sa richesse, de ses opportunités, d’une manière telle qu’ils soient davantage des instruments de réconciliation et de justice.

En deuxième lieu, ils accepteront le don de l’obéissance. En obéissant à leurs supérieurs, nos frères proclament qu’ils ne sont pas les patrons. Ils déclarent qu’ils se joignent à une mission qui n’est pas la leur propre. Ils sont les participants et les collaborateurs de cette mission, et pour cette raison, ils travailleront avec beaucoup d’autres à susciter un renouvellement de la vie.

En troisième lieu, ils accepteront le don de la chasteté. Dans l’Évangile d’aujourd'hui, Jésus dit à ses apôtres : « celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi » ; et « celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. » Jésus ne dit pas ses apôtres de ne pas aimer leur famille. En fait, nous devons aimer notre famille, en particulier parce que c’est là que nous avons éprouvés en premier la chaleur et l’acceptation d’un Dieu qui nous aime et prend soin de nous, notamment par le biais de nos parents. Non, c’est plutôt une invitation à mettre le Christ au centre de notre vie. Il s’agit de constater que c’est de Jésus et de rien ou personne d’autre, que nous tirons notre force intérieure.

C’est pourquoi, pour un jésuite, l’Eucharistie est au cœur de la vie quotidienne. C’est grâce à l’Eucharistie que nous pouvons être, pour le monde, de vrais messagers d’espérance, car notre puissance vient de la suite de Jésus pauvre et humble, dont la mission est née de l’impuissance et de la folie de la croix (1 Cor 1, 17-30). Cela nous emplit de puissance pour que nous puissions être présents à ceux qui sont marginalisés, pauvres, rejetés, seuls dans la vie, détestés par beaucoup, victimes de la violence et des préjugés, et les accompagner.

Jésus dans l’Eucharistie nous donne aussi la grâce de vivre comme des frères dans la vie communautaire. Nous savons que nous, les jésuites, nous pouvons être durs les uns envers les autres, et j’espère jamais aussi cruel que Pharaon pour les Israélites. Mais le défi du témoignage de la vie communautaire est toujours devant nous. La 35ème Congrégation Générale nous a rappelé que non seulement la communauté est pour la mission, mais aussi qu’elle est, en soi, une mission. Si nous-mêmes ne sommes pas en mesure de témoigner de l’amour et du souci fraternel, de la compréhension et du pardon, alors notre prédication sera creuse et même dénuée de sens. La 36ème Congrégation Générale nous l’a rappelé : « Si nous oublions que nous sommes un seul corps, liés ensemble, dans et avec le Christ, nous perdons notre identité de jésuites et notre capacité à témoigner de l’Évangile. C’est notre union les uns avec les autres dans le Christ qui témoigne de la Bonne Nouvelle, plus puissamment que nos compétences et nos capacités. » (GC 36, d. 1, n° 7)

Chers Sang-eun, Dae-je, Tong-uk, and Paek-seop, je vous remercie pour votre engagement et parce que vous exprimez librement l’acceptation de ces dons, vos derniers vœux dans la Compagnie de Jésus. La prononciation de vos vœux ce jour nous est un rappel que nous tous, nous avons tout simplement à répondre à un Dieu qui aime le premier. Nous demandons l’intercession de Notre-Dame pour que vous receviez le don d’être fidèles à ces vœux toute votre vie ; qu’elle-même, qui avait Jésus au centre de sa vie, puisse nous inciter à toujours prier humblement pour cette grâce particulière. Amen.

Étiquettes: Père Général JCAP