Voilà en peu de mots le message que la Compagnie de Jésus veut transmettre autour d’elle. Voilà le cœur du discours que le père Arturo Sosa, Supérieur Général, a adressé à un groupe de journalistes lors d’une rencontre de caractère informel tenue le 3 décembre.

Dans les médias, un peu partout dans le monde, on parle peu des jésuites. On fait parfois références à certaines grandes institutions d’éducation, on mentionne que le pape est un jésuite, au mieux on souligne l’implication de la Compagnie auprès des réfugiés par le JRS. Et puis, comme on le fait pour d’autres congrégations religieuses ou pour certains diocèses, on souligne les cas de scandale.

Le Père Général, avec le soutien du Service des communications de la Curie, a voulu présenter un portrait réaliste et actuel de la Compagnie de Jésus à des journalistes qui, à Rome, représentent des médias, pour la plupart « séculiers », qui sont intéressés aux questions religieuses. À ceux qui sont venus à sa rencontre, il a partagé ses réflexions sur le monde actuel. Il a parlé de la frustration de tant de personnes face aux inégalités et à la pauvreté, du sort des réfugiés et des oubliés que sont les victimes de la traite des personnes, de la difficulté pour tant de gens de vivre dans un contexte de liberté et de démocratie.

Il a jeté un regard sur l’année qui s’achève, faisant ressortir l’importance du processus de discernement qui a mené au choix des quatre Préférences apostoliques universelles. Il a insisté pour dire que le discernement, pour nous jésuites, n’est pas seulement « un mot à la mode », quelque chose que nous promouvons parce que le Pape François en fait un de ses thèmes récurrents. C’est une manière de regarder la réalité, de prendre des décisions à la lumière de la foi, en laissant place à l’Esprit de Dieu présent au cœur du monde. Il a mentionné que la Compagnie a commencé et veut continuer à partager son expérience du discernement avec les instances ecclésiales et d’autres acteurs du monde religieux dans le cadre de sessions de formation au leadership.

À propos des Préférences, le père Sosa les a définies comme quatre dimensions qui doivent marquer chacun de nos engagements, chacune de nos œuvres. Ce sont des orientations qui inspirent notre manière de vivre et qu’en ce sens elles doivent être comprises comme « un ensemble » et non pas comme quatre options parmi lesquelles les jésuites ou les œuvres peuvent choisir l’une ou l’autre. Nous ne partons pas de zéro, a-t-il dit. Ces orientations sont déjà présentes dans nos vies et nos engagements car elles sont dans la ligne de la mise en application des fruits du Concile Vatican II, en lien avec le « programme » du Pape François.

Enfin, le Général a clarifié pour les journalistes que tout ce que la Compagnie entreprend se veut notre réponse au cri des pauvres et de la terre, un cri que nous avons clairement entendu. Il leur a dit : « Vous-mêmes, comme professionnels de la communication, écoutez le cri du monde d’aujourd’hui et vous cherchez à le faire entendre à tous. Aussi vous comme nous, pouvons ainsi contribuer à construire un avenir plein d’espérance. »

Album photo