« Pendant cette Année ignatienne, je souhaite que nous nous focalisions sur l’appel à nous laisser convertir par le Seigneur, en nous inspirant de l’expérience personnelle d’Ignace ». Voilà l’invitation lancée par le P. Arturo Sosa, en tant que Supérieur Général, dans une lettre adressée à toute la Compagnie de Jésus, le 27 septembre 2019.

Cette année ignatienne durera de fait 14 mois, du 20 mai 2021, date de la blessure subie par Ignace durant la bataille de Pampelune, jusqu’au 31 juillet 2022, jour de la fête de saint Ignace au calendrier liturgique. Le thème de la conversion est donc lié à l’expérience du fondateur de la Compagnie. C’est « grâce » à sa blessure que le chevalier Ignace a été forcé à une longue convalescence durant laquelle il a pu réfléchir sur sa vie, sur le sens que sa vie avait eu jusqu’alors et sur celui qu’elle pourrait avoir par la suite.

L’année sera marquée par des événement importants pour la Compagnie toute entière. Le 400e anniversaire de la canonisation de saint Ignace sera souligné le 12 mars 2022. Rappelons qu’ont été canonisé en même temps que lui saint François Xavier, mais aussi saint Thérèse de Jésus, saint Isidore le Laboureur et saint Philippe Néri. La 71e Congrégation des Procureurs aura lieu à Loyola du 16 au 22 mai 2022; elle sera précédée, en 2021, des Congrégations Provinciales partout dans le monde.

Dans sa lettre du 27 septembre, le Père Général fait le lien entre ces célébrations du 2021-2022 avec l’esprit des Préférences apostoliques universelles. Il écrit : « Les Préférences apostoliques universelles pour 2019-2029 ont confirmé notre appel à la conversion personnelle, communautaire et institutionnelle, nécessaire pour approfondir notre vitalité spirituelle et apostolique. Profitons de l’occasion qui nous est donnée pour laisser Dieu transformer notre vie-mission selon sa volonté ».

La devise choisir pour l’Année ignatienne est : Voir toute chose nouvelle en Christ. C’est à cela que mène la conversion. Une dimension spécifique est mise en lumière par le père Sosa, celle de la pauvreté qui, insiste-t-il, inclut l’amitié personnelle avec les pauvres et l’aide aux pauvres. L’Année ignatienne devrait être une occasion privilégiée pour entendre le cri des pauvres et des exclus, de ceux dont la dignité a été méconnue.

On peut lire le texte intégral de la lettre du Père Général en cliquant ici.

Étiquettes: Année ignatienne