Ici, à la Curie jésuite de Rome, la vie a pris un nouveau rythme avec l'avènement du COVID-19. Moins de voyages, plus de travail de bureau. Moins de réunions en face à face, plus d'utilisation des médias virtuels. Le travail se poursuit et la gouvernance de la Compagnie va de l'avant. Le Père Général est à son bureau tous les jours et, en plus de son horaire habituel, il reçoit les comptes de conscience des membres de la communauté de la Curie.

Les gouvernements apprennent à gérer cette situation en s'inspirant des expériences de la Chine, de la Corée et de l'Italie. Les réactions sont plus rapides et les préparatifs qui ont été faits ont plus d'impact. Nous sommes préoccupés par les répercussions sur les pauvres. Les pays et les personnes riches peuvent s'offrir les meilleurs soins médicaux, mais même leurs ressources sont sous pression ; combien plus cela sera-t-il impossible pour les pays disposant de moins de ressources. Si le virus n'est pas stoppé par un effort mondial... ce sont les pauvres qui en souffriront le plus.

En Italie, le gouvernement a fait preuve d'un bon leadership, en définissant une vision de solidarité et en faisant appel au sens du patriotisme des gens. La réponse a été émouvante et réconfortante. Il y a donc de l'espoir, en ce moment même, même si le pays est confiné par des règles très strictes. L'Italie du Nord reste cependant en crise.

Certains d'entre vous nous ont demandé de donner des indications sur le nombre de jésuites qui ont été directement touchés par le virus dans le monde entier. Nous voulons être transparents, mais nos informations sont très dispersées et tout change au quotidien. Nous voulons également éviter de nous focaliser sur nous, les jésuites, mais plutôt sur notre mission et sur la consolation que nous essayons d'apporter aux autres.

L'économe général de la Compagnie surveille l'impact sur les investissements et nos ressources en essayant de planifier à l'avance et de voir quels effets cette question aura sur notre capacité à exercer notre apostolat.  Un comité de crise, à la Curie, se réunit presque quotidiennement pour examiner les questions internes et externes.

Au milieu de tout cela, il y a beaucoup de consolation et d'actes d'héroïsme quotidiens que cette situation entraîne pour chacun de nous, à petite ou grande échelle. Que feraient saint Louis de Gonzague et d'autres saints qui ont combattu la peste et la maladie dans cette situation ? Iraient-ils dans la rue pour soigner les malades et les sans-abri ? Ou, sachant ce que nous savons sur la façon dont un virus se propage, trouveraient-ils d'autres moyens d'être présents et d'apporter la consolation du Christ? Certains Jésuites travaillent dans les hôpitaux en utilisant toute la protection nécessaire. D'autres proposent un accompagnement par téléphone. Il existe d'innombrables autres initiatives ; nous sommes en train de créer une section spéciale de notre site web pour les mettre en évidence. La Parole de Dieu doit être prêchée à temps et à contretemps. Notre mission, depuis la fondation de la Compagnie de Jésus, est précisément de faire cela, en apportant la consolation, l'espoir et la guérison du Seigneur ressuscité.

Étiquettes: Curie