Nous vivons en ces jours et ces semaines un moment historique sur notre planète et dans nos sociétés. Ici, à la Curie générale des Jésuites, nous sommes bloqués et nos mouvements sont très limités - une expérience partagée par tant d'autres dans le monde. Notre programme de voyage normal a dû être supprimé ; cinq membres de la communauté sont partis et ne peuvent pas revenir. Un certain nombre de réunions ont été annulées, de sorte que notre empreinte écologique est moins lourde.

En regardant par les fenêtres de la Curie, on ne voit presque personne. Les gens restent à l'intérieur et, chose inhabituelle à Rome, il n'y a pas de touristes. À part quelques cris dans les petites rues et ruelles, la ville est étrangement calme. La plupart de nos partenaires et collègues laïcs travaillent chez eux ou sont en congé.

Au milieu de toute cette peur et de cette incertitude, le rayon de soleil dans les nuages est un sens renouvelé de la communauté. Il y a plus de temps pour prier ensemble, pour passer du temps avec les autres, pour regarder des films et pour mieux se connaître. Les réunions du conseil du Père Général ont repris le 17 mars, quand il est revenu de sa visite au Népal et en Inde; presque tous les membres étant présents - un fait rare. Nous remercions le Seigneur pour les médias sociaux et la possibilité de vidéoconférences qui nous permettent de rester en contact, d'approfondir les amitiés et de continuer à faire notre travail. Ce fut une véritable consolation de recevoir de si nombreux messages de sympathie en provenance du monde entier. Nous ressentons le soutien de la Compagnie universelle et notre proximité les uns avec les autres.

Soyez assurés que nous prions pour chacun d'entre vous. Ensemble, nous allons traverser ce moment, changer nos habitudes, trouver les lieux où le Seigneur nous appelle, trouver sa consolation et ses encouragements pour que nous puissions, à notre tour, nous consoler les uns les autres.

Étiquettes: Curie